Etats-Unis. Copyright. Pas d’originalité dans deux phrases d’une chanson, prétendument reprises par Taylor Swift dans son tube « shake it off ».

Par une ordonnance du 13 février 2018 dans l’affaire Sean Hall d.b.a. Gimme Some Hot Sauce Music, et al . v. Taylor Swift, et al. (case n° CV 17-6882-MWF (ASx)),  la Cour de district pour le District central de Californie a rejeté une action en contrefaçon contre la chanteuse Taylor Swift, ses éditeurs et producteurs, à raison de la prétendue reprise de deux phrases d’une chanson antérieure dans le tube « Shake it off ».

La chanson des demandeurs, intitulée « Playas Gon’ Play », largement diffusée en 2001, comprend les paroles suivantes (paroles prétendument reprises en gras)  : « Playas, they gonna play / And haters, they gonna hate / Ballers, they gonna ball / Shot callers, they gonna call / That ain’t got nothin’ to do / With me and you / That’s the way it is / That’s the way it is.”

La chanson « Shake it Off » (qu’on pourrait traduire, selon le cas, par « débarrasse-t-en », « laisse tomber »…), sortie en 2014, contient quant à elle les paroles suivantes : “Cause the players gonna play, play, play, play, play / And the haters gonna hate, hate, hate, hate, hate / Baby I’m just gonna shake, shake, shake, shake, shake / Shake it off / Shake it off / Heartbreakers gonna break, break, break, break, break / And the fakers gonna fake, fake, fake, fake, fake / Baby I’m just gonna shake, shake, shake, shake, shake / Shake it off / Shake it off.

Précisons qu’en argot les termes « playas » et « players » désignent des personnes séduisantes auxquelles tout réussit ; les « haters » et « playa haters » sont ceux qui sont jaloux du succès des « players ». Les deux expressions sont souvent utilisées et opposées dans la culture populaire. Les demandeurs l’admettaient, mais faisaient résider l’originalité des deux phrases litigieuses dans la combinaison « playas/players playing  » et « hatas/haters hating ». La Cour considère que cet ensemble n’est pas suffisamment créatif pour attirer la protection par copyright:

« In order for such short phrases to be protected under the Copyright Act, they must be more creative than the lyrics at issue here. As discussed above, players, haters, and player haters had received substantial pop culture attention prior to 2001. It is hardly surprising that Plaintiffs, hoping to convey the notion that one should persist regardless of others’ thoughts or actions, focused on both players playing and haters hating when numerous recent popular songs had each  addressed the subjects of players, haters, and player haters, albeit to convey different messages than Plaintiffs were trying to convey. In short, combining two truisms about playas and haters, both well-worn notions as of 2001, is simply not enough.
At the hearing, Plaintiffs’ counsel offered alternative (very clunky) formulations of pairing a noun with its intransitive verb, thereby suggesting that “[noun] gonna [verb]” was creative in itself. While clever, this argument does not persuade. The argument ultimately only makes sense if the use of “gonna” as a contraction of “is going to” is sufficiently creative, or (as discussed above) one can claim creativity in asserting that a type of person acts in accordance with his or her inherent nature. To explicitly state the argument is to see how banal the asserted creativity is.
In sum, the lyrics at issue – the only thing that Plaintiffs allege Defendants copied – are too brief, unoriginal, and uncreative to warrant protection under the Copyright Act. »

En dépit de la relative évidence de la solution, la Cour revient en détail sur les règles applicables en matière d’originalité appliquée aux courtes phrases et aux combinaisons d’expressions.

Partager ce contenu: